Nous appeler

Devenir auxiliaire de puériculture auto-entrepreneur

Appartenant aux métiers du secteur santé, l’auxiliaire de puériculture est un travail qui ne sera jamais à court d’opportunités, sachant que les parents auront toujours besoin d’un tel professionnel. Certains pourraient penser que prendre soin des enfants demande uniquement de l’expérience, mais ce métier demande davantage. Il est même obligatoire de suivre une formation particulière pour y accéder, notamment pour devenir auxiliaire de puériculture auto-entrepreneur.

Le métier en bref

Pour devenir un auxiliaire de puériculture auto-entrepreneur compétent, respectueux et surtout conforme aux normes, il faut commencer par se renseigner sur les informations clés :

  • le salaire moyen d’un auxiliaire de puériculture est de 1 633 € par mois ;
  • le Code APE/NAF pour auxiliaire de puériculture dépend de l’activité ;
  • le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour auxiliaire de puériculture est l’Urssaf ;
  • le taux des cotisations sociales à payer est de 21 % du salaire brut ;
  • le plafond de chiffre d’affaires est de 72 500 €.

Est-ce fait pour moi ?

Prendre soin des nouveau-nés et des enfants peut être acquis naturellement quand on est parent, mais en faire un métier est un autre cas. Il est ainsi indispensable de tout connaître en détail pour espérer une évolution dans ce métier.

Présentation du métier

Il faut savoir que les missions d’un auxiliaire de puériculture dépendent de la collectivité à laquelle il appartient. Cela peut être des activités de radiodiagnostic et de radiothérapie, des activités hospitalières, des activités chirurgicales ou encore des activités de santé humaine non classées.

Toutefois, leurs principales missions peuvent être résumées en une phrase : prendre soin des nourrissons et des enfants. Cela englobe plusieurs responsabilités, comme la mise en place des activités pédagogiques sous la responsabilité d’un auxiliaire de puériculture ou d’un éducateur. Ce dernier doit être capable de mettre en œuvre un projet adapté à toutes les situations : groupe d’enfants, enfant seul, enfant malade, enfant en bonne santé…

L’auxiliaire de puériculture veille à ce que l’enfant ait tout ce dont il a besoin en matière de bien-être (santé, hygiène) et de sécurité. Il devra s’assurer que l’enfant mange bien, qu’il soit propre, que le matériel et les équipements soient bien entretenus. Il aidera grandement au développement de l’enfant (de son autonomie, de sa motricité et de son éveil) aussi physiquement que mentalement et accompagnera les parents, particulièrement au sein de la maternité.

En milieu hospitalier, l’auxiliaire de puériculture assistera la sage-femme pendant l’accouchement, prendra en charge la gestion de stock, assurera l’hygiène et la sécurité de l’enfant et de sa mère et fera en sorte que l’environnement soit toujours propre.

Remarque :

L’auxiliaire de puériculture profite du même titre que l’aide-soignant, étant également dans le domaine paramédical. Il peut intervenir à l’hôpital, en libéral, en entreprise ou pour le compte d’un établissement privé.

Qualités requises et formation

Il faut savoir que pour devenir auxiliaire de puériculture, le Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture (DEAP) est nécessaire. L’accès à la formation se fait par sélection de dossiers suivi d’un entretien oral.

CAP AEPE

Pour avoir l’autorisation de s’occuper des enfants de moins de 6 ans, il faut avoir le CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance qui est un diplôme de premier niveau. Vous pouvez suivre cette formation de deux ans après le collège, que ce soit en formation initiale ou en alternance.

Pour ceux qui souhaitent devenir assistants maternels, il est possible d’être accepté avec la validation des acquis d’expérience (VAE). Le diplôme CAP AEPE vous autorise à intervenir dans les écoles, les accueils en collectivités et également à domicile. À l’issue de cette formation, vous pouvez devenir assistant d’accueil petite enfance, animateur petite enfance ou agent territorial spécialisé des écoles maternelles.

BAC Pro ASSP

Également accessible après la 3ème, le BAC Pro ASSP (Accompagnement, Soins et Services à la Personne) se prépare en 3 ans. Le diplôme atteste des compétences de la personne à s’occuper des enfants, des personnes âgées, ainsi que des personnes handicapées, et délivre l’autorisation d’intervenir à domicile.

Sans CAP ni BAC

Il est possible de devenir auxiliaire de puériculture sans CAP ni BAC, mais à quelques conditions : la personne doit avoir au moins 17 ans et doit suivre la formation spécifique de 1 an maximum auprès d’un Institut de Formation d’Auxiliaire de Puériculture (IFAP).  Si vous pouvez prouver que vous êtes expérimenté dans le domaine mais sans diplôme, optez pour la VAE.

Les compétences attendues

La qualité principale qu’un auxiliaire de puériculture doit posséder est la connaissance technique liée aux soins de l’enfant, tel que son état clinique. Il doit également avoir une grande patience et un sens pédagogique hors norme. Il doit faire preuve de douceur, de créativité et d’un grand sens du professionnalisme pour réaliser des activités et animations, afin de favoriser efficacement l’éveil des enfants. Comme les enfants possèdent leur propre caractère et que l’auxiliaire de puériculture sera constamment en contact avec leurs parents, il faut un bon sens relationnel.

Les démarches et formalités

Bien que l’auxiliaire de puériculture intervienne généralement dans une structure hospitalière ou extrahospitalière en tant que salarié, il est tout à fait possible de créer sa propre entreprise. Pour cela, quelques conditions s’imposent.

Les diplômes requis

Un diplôme d’auxiliaire de puériculture est obligatoire si vous souhaitez créer une entreprise d’auxiliaire de puériculture. De plus, pour exercer un métier en particulier, il se pourrait qu’une certaine expérience soit requise. Ce qui est, par exemple, le cas pour la micro-crèche qui demande une expérience minimum de trois ans.

Le dossier d’agrément

Il s’agit d’un dossier comprenant le projet en question que l’auxiliaire de puériculture doit présenter auprès du Conseil Général du département d’implantation. Obligatoire, ce dossier doit contenir des informations sur le porteur de projet (son identité, des preuves qui attestent qu’il est apte à exercer le métier convoité…) et sur la société qu’il projette de créer.

Vous devrez ainsi déterminer au préalable le statut juridique de l’entreprise, sa capacité d’accueil ou encore l’adresse du local. Vous pouvez récupérer le formulaire auprès d’un centre PMI ou d’action sociale.

Petite note :

Le choix du local est un acte décisif, car le Conseil Général du département d’implantation pourrait ne pas valider le projet en jugeant que le local n’est pas adapté pour accueillir des enfants. Les conditions comprennent l’emplacement, l’accessibilité ou encore les normes de sécurité.

Normes de sécurité

On entend par normes de sécurité, les normes imposées par la loi par rapport aux accidents que pourraient causer des installations liées à l’activité, comme les clôtures autour des espaces de jeux extérieurs, la sécurisation des installations électriques… Le local doit être accessible facilement, avoir une surface suffisante pour assurer l’épanouissement des enfants (environ 3 m² par enfant), un point d’eau, ainsi qu’une cuisine équipée.

La réglementation

Les textes qui régissent les conditions à respecter par rapport à l’exercice du métier d’auxiliaire de puériculture, notamment aux établissements et aux services d’accueil des enfants de moins de 6 ans sont les décrets n°2007-230 du 20 février 2007 et n°2010-613 du 07 juin 2010.

Le statut juridique

Le choix du statut juridique se fera en fonction du nombre d’associés dans l’entreprise. Un associé unique veut dire entreprise individuelle. Ce sera ainsi une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou EURL, une société par actions simplifiée unipersonnelle ou SASU ou une entreprise individuelle à responsabilité limitée ou EIRL.

Si les associés sont nombreux, vous pouvez choisir entre société à responsabilité limitée ou SARL, société anonyme ou SA et société par actions simplifiée ou SAS.

Les clés de la réussite

Même si vous avez le diplôme requis et le dossier le plus convaincant, vous devez rassembler toutes les cartes pour augmenter vos chances de réussite.

Commencez avec un plan d’affaires simple et développez-le

L’une des premières choses que vous devrez faire en tant que propriétaire d’une petite entreprise est d’élaborer un plan d’affaires. Il est essentiel de développer ce document pour orienter les travaux futurs et vous responsabiliser, mais il est également important de ne pas trop approfondir les premières étapes de développement de votre concept.

Compétences analytiques

L’analyse des décisions, la pondération des choix de programmes et le suivi des progrès d’apprentissage des enfants sont autant d’exemples de la façon dont les éducateurs appliquent leurs compétences analytiques en milieu de travail. Votre capacité à considérer les détails et à évaluer les informations est cruciale pour votre réussite et les réalisations des enfants.

Compétences en leadership

Les auxiliaires de puériculture occupent les enfants dans de nombreuses activités différentes tout au long de la journée, et ils peuvent également organiser des réunions avec les parents et d’autres membres du personnel. Être capable de déléguer, de diriger et de gérer les responsabilités quotidiennes assumées par les éducatrices requièrent de solides qualités de leadership.

Construisez votre présence en ligne

La création d’un site Web d’aspect professionnel peut être rapide et facile de nos jours. Un site Web simple qui décrit qui vous êtes, ce que vous faites et comment vous contacter sera suffisant pour de nombreuses petites entreprises. Au minimum, votre site doit contenir votre logo, le nom de votre entreprise, vos coordonnées et quelques mots pour décrire votre activité.

« En tant qu’auxiliaire de puériculture, j’ai enfin la chance de travailler dans un milieu qui me passionne. On s’occupe des enfants et la fatigue survient souvent, mais j’ai créé mon entreprise pour prouver que je suis dévouée et je suis fière de mon parcours ».

Aurélie, 29 ans
Partager sur les réseaux sociaux :
auxiliaire de puériculture

Newsletter

Développez votre activité avec nous !

Une newsletter pratique pour accompagner les indépendants dans la gestion administrative et juridique de leur activité (promis, ce sera pas ennuyeux).