Nous appeler

Devenir menuisier auto-entrepreneur (GUIDE COMPLET 2022)

En devenant micro-entrepreneur vous êtes libre de toutes les contraintes liées au statut de salarié. Pourtant, se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat n’est pas une décision qui se prend du jour au lendemain. Lisez ce qui suit pour connaître les informations sur ce métier, les démarches à suivre et les méthodes à adopter pour réussir.

Devenir micro-entrepreneur en ligne avec Hello My Business

  • Créez votre micro-entreprise en quelques clics
  • Recevez votre KBIS en 48 heures
  • Bénéficiez des conseils d'experts en micro-entreprise

Le métier en bref

  • Rémunération : entre 40 et 60 €/h ou entre 1650 et 2200 € brut/mois.
  • Code APE : 4332A Travaux de menuiserie bois et PVC ou 4332B Travaux de menuiserie métallique et serrurerie.
  • Centre de formalités des entreprises : La Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA).
  • Taux des cotisations sociales : 22 % du CA pour les prestations de service et 12,8 % pour la vente de fournitures.
  • Le plafond de chiffre d’affaires en prestation de service (BNC) : 72 500 €.
  • Le plafond de la TVA en prestation de service (BNC) : 34 400 €.
  • La catégorie d’imposition : Bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
  • Les assurances principales : Assurance Responsabilité civile professionnelle et la Garantie décennale.

Est-ce fait pour moi ?

Le métier d’un menuisier implique forcément le travail du bois. Pourtant, ses tâches et ses rôles se sont diversifiés au cours des années en travaillant l’aluminium et le PVC.

Présentation du métier

En général, le menuisier est sollicité pour réaliser des portes, des fenêtres ou des volets. Il propose également la fabrication de meubles ou d’escaliers. Outre la réalisation proprement dite, il prend en main :

  • la conception et l’élaboration des plans pour chaque ouvrage ;
  • la sélection des matériaux en alliant son savoir-faire et les envies de ses clients ;
  • les travaux de finition comme le vernissage, le ponçage, la teinte, etc.

Bon à savoir :

un menuisier auto-entrepreneur peut se spécialiser en menuisier constructeur pour les travaux du gros œuvre comme l’installation de charpentes ou de poutres. Il peut aussi devenir un poseur-agenceur pour fabriquer et poser des ouvertures. Pour celui qui souhaite mettre en valeur son talent en restauration, en aménagement et en décoration, il peut se spécialiser en menuisier arts du bois.

Le menuisier est au service des particuliers et fait un va-et-vient entre son atelier et le domicile du client. Il se déplace aussi dans les bureaux et dans les locaux commerciaux pour servir les professionnels. Par ailleurs, il peut travailler en sous-traitance pour le compte d’un maître d’ouvrage comme un constructeur immobilier.

Qualités requises et formation

Outre la passion pour l’artisanat, un bon menuisier doit avoir les qualités et les compétences suivantes :

  • avoir le sens du détail et de la rigueur ;
  • être minutieux ;
  • Posséder une notion en géométrie pour élaborer et lire les plans ;
  • Une bonne capacité d’adaptation ;
  • être capable de faire preuve de patience et de persévérance ;
  • avoir une imagination débordante et un grand sens de créativité ;
  • Etre en bonne condition physique.

A noter :

un menuisier doit avoir une solide connaissance des différentes normes de sécurité. De plus, il doit évacuer les déchets toxiques après les travaux dans le respect de l’environnement.

Pour exercer le métier d’un menuisier en tant auto-entrepreneur, il faut suivre des formations diplômantes telles que :

Par ailleurs, une expérience probante en menuiserie d’au moins 3 ans est requise si vous n’êtes pas titulaire d’un diplôme professionnel.

Bon à savoir :

un menuisier auto-entrepreneur n’est plus obligé de suivre le Stage de Préparation à l’Installation ou SPI pour exercer ce métier depuis le 24 mai 2019. Toutefois, ce stage est toujours recommandé pour avoir une bonne base sur la gestion d’entreprise.

Les démarches et formalités

Le dossier de création

La Chambre de métiers et de l’artisanat traite le dossier de déclaration de début d’activité gratuitement. Pour ce faire, il faut remplir un formulaire PO CMB Micro-entrepreneur (Cerfa n°15253*04). Ce formulaire permet, entre autres, de choisir :

  • la périodicité de la déclaration du chiffre d’affaires (mensuelle ou trimestrielle) ;
  • le système d’imposition (PAS ou versement forfaitaire libératoire).
  • Les pièces suivantes sont aussi à fournir :
  • une pièce d’identité ;
  • un justificatif de domicile ;
  • une attestation de non-condamnation pénale ;
  • deux photographies d’identité récentes.

Le saviez-vous ?

La demande de la carte d’artisan ambulant peut être faite simultanément, car la déclaration d’une activité artisanale ambulante (formulaire Cerfa N°14022*02) est remise en même temps que la déclaration de création. Cela vous permet de développer votre zone d’intervention en exerçant hors de votre commune de résidence.

L’immatriculation

Après l’inscription officielle de l’auto-entreprise, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat  transmet le dossier gratuitement à l’INSEE. Ce dernier délivre par la suite un certificat d’inscription au répertoire Sirene avec le numéro SIRET. En d’autres termes, il s’agit de l’acte de naissance de votre entreprise.

La comptabilité

L’administration fiscale peut recevoir un livre de recettes numérique ou en papier de la part d’un menuisier auto-entrepreneur. Ce livre contient les rapports chronologiques des gains. Ainsi, les documents et les comptes comptables classiques comme le bilan, la balance, le grand livre ne sont pas obligatoires.

À noter : en tant que menuisier auto-entrepreneur, vous devez ouvrir un compte bancaire professionnel si votre chiffre d’affaires dépasse les 10 000 € pendant 2 années consécutives.

Le régime fiscal et social

Un menuisier auto-entrepreneur doit 1,7 % de son bénéfice forfaitaire en guise d’impôt libératoire sur le revenu qu’il paie. Un abattement de 34 % du chiffre d’affaires réalisé permet de calculer ce bénéfice forfaitaire. De plus, il est possible de faire une déclaration unifiée pour déclarer à la fois les charges fiscales et les cotisations sociales. Dans ce cas, on parle de Versement fiscal libératoire ou VFL. Pour cela, l’addition respective des taux de ces deux paramètres est requise, c’est-à-dire 22 % + 1,7 %.

Par ailleurs, un menuisier auto-entrepreneur est épargné de la TVA. En effet, si vous ne dépassez pas le seuil de 34 400 € par an, vos clients sont facturés hors taxes. Dans le cas où ce seuil est dépassé, vous allez devoir changer de régime. Vous bénéficiez également d’une exonération totale de la Cotisation foncière des entreprises ou la CFE.

Quant à l’Aide à la création ou reprise de l’entreprise, vous y êtes éligible si vous avez au moins 25 ans et si vous êtes en quête d’emploi. Ainsi, vous bénéficierez d’une réduction qui s’élève à 50 % des cotisations sociales relatives au premier exercice.

Les clés de la réussite

Face aux concurrences et à la saturation du marché, il n’est pas facile de trouver son premier client. Pour mettre toutes les chances de votre côté, alliez les méthodes à l’ancienne et les nouvelles technologies.

Se constituer un réseau physique

Vous constituer un réseau physique est une étape incontournable pour trouver votre premier client et pour développer votre activité. Vous bénéficierez aussi de précieux conseils de la part des professionnels du secteur. Pour cerner votre cercle, adhérez à des syndicats de menuisiers professionnels, à des clubs d’entrepreneurs ou à des associations de commerçants.

En outre, la participation à des événements vous permet de vous faire connaître et de vendre vos services. Vous pouvez, par exemple, participer aux foires du métier, aux salons, aux marchés de créateurs, à des événements publics locaux, etc. Vous aurez ainsi la chance de prospecter de nouveaux clients. N’oubliez pas de distribuer des cartes de visite et de concevoir de belles affiches accrocheuses.

Par ailleurs, il est possible de nouer des partenariats de proximité. Pour ce faire, proposez un échange de visibilité avec les entreprises locales. Autrement dit, vous utiliserez la notoriété de vos partenaires pour que leurs clients vous aperçoivent. L’idée n’est pas de vous rapprocher de vos concurrents directs, mais de vous adresser aux entreprises qui proposent des services complémentaires dans le domaine de la menuiserie.

Utiliser le marketing digital

Le recours au marketing digital permet de référencer votre auto-entreprise de menuiserie pour attirer les clients à proximité. Commencez par créer votre site internet en décrivant clairement l’ensemble des services que vous proposez. Pour que votre site apparaisse dans les premiers résultats des moteurs de recherche, il faut :

  • créer un compte Google My Business ;
  • s’inscrire sur des annuaires en ligne comme Pages jaunes, La Poste, etc. ;
  • vous rapprocher de la mairie ou des associations locales pour qu’elles vous mentionnent dans les textes de leurs sites en redirigeant les lecteurs vers le vôtre.

« J’ai abandonné mon statut de salarié depuis 2 ans pour créer mon entreprise de menuiserie. Je connais des hauts et de bas, mais il faut être persévérant pour tirer le meilleur profit de ce métier. De plus, je passe beaucoup plus de temps avec ma famille depuis. Â»

Nathan, 30 ans.

Devenir micro-entrepreneur en ligne avec Hello My Business

  • Créez votre micro-entreprise en quelques clics
  • Recevez votre KBIS en 48 heures
  • Bénéficiez des conseils d'experts en micro-entreprise
Partager sur les réseaux sociaux :
menuisier

Newsletter

Développez votre activité avec nous !

Une newsletter pratique pour accompagner les indépendants dans la gestion administrative et juridique de leur activité (promis, ce sera pas ennuyeux).

Envie de devenir micro-entrepreneur ?

10€ OFFERTS*

SUR VOTRE PREMIÈRE COMMANDE

* Prix initial : 89€

  Prix avec remise : 79€