Nous appeler

Quelles sont les nouveautés 2023 pour les micro-entrepreneurs ?

Autres nouveautés ? Actuellement, les uniques évolutions en 2023 pour les auto-entrepreneurs demeurent dans la hausse des plafonds du régime, pour trois ans. En effet, ces derniers passent à 188 700 euros pour les achats-reventes et 77 700 euros pour les prestations de services. Désormais, découvrez comment devenir micro-entrepreneur en 2023 et apprenez-en plus sur les nouveautés entrepreneuriales !

Devenir micro-entrepreneur en ligne avec Hello My Business

  • Créez votre micro-entreprise en quelques clics
  • Recevez votre KBIS en 48 heures
  • Bénéficiez des conseils d'experts en micro-entreprise

Les charges sociales et fiscales des micro-entrepreneurs

Pour une entreprise créée en 2023, il y a une exonération des auto-entrepreneurs de moitié des cotisations sociales jusqu’à la fin du troisième trimestre civil après la date de celui où l’activité a commencé.

Les spécificités de règlement des charges sociales sont la base du régime, d’où sa popularité. Déclarer les charges et les régler n’est pas compliqué et sur ce point rien ne change. Le micro-entrepreneur peut toujours faire le choix entre un règlement mensuel ou trimestriel des charges. Ces dernières permettent de bénéficier de droits par rapport à la protection sociale (maladie, accident, maternité/paternité, retraite, formation).

L’auto-entrepreneur sait de façon automatique (via le site de déclaration des charges sociales) la somme des charges à payer via des taux de cotisations qui changent selon son activité. Les indépendants au régime réel ou les sociétés, eux, doivent donner des acomptes forfaitaires et effectuer une régularisation.

Les seuils de chiffres d’affaires par secteur pour les micro-entrepreneurs changent chaque trois ans. La future révision surviendra en 2025 et non pas cette année.

La protection sociale en 2023

Plusieurs familles d’auto entrepreneurs se démarquent : les micro-entrepreneurs artisans, commerçants et professions libérales non réglementées, qui bénéficient depuis quatre ans du régime général.

Le micro-entrepreneur doit s’adresser à la caisse primaire d’assurance maladie du lieu de résidence pour plusieurs points : remboursement de ses soins (assurance maladie), paiement de ses indemnités journalières en cas de maladie, maternité et paternité, qui peuvent être versés après un an d’affiliation, règlement de la pension d’invalidité et lancement (en respectant certaines modalités) des droits à la complémentaire santé solidaire.

La caisse d’assurance retraite représente l’interlocuteur pour la retraite de base et le régime retraite des indépendants par rapport à la retraite complémentaire.

Les professions libérales réglementées sont liées à la Cipav (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse des professions libérales) pour leur retraite de base et retraite complémentaire. Elles profitent également des indemnités journalières maladie. Or, ces dernières sont plus brèves dans le temps en comparaison au régime général.

Raam, le revenu d’activité annuel moyen et les spécificités de versement des indemnités journalières

Le revenu d’activité annuel moyen du micro-entrepreneur caractérise le chiffre d’affaires par an des trois années antérieures moins l’abattement fiscal forfaitaire. Voici les pourcentages actuellement en vigueur : 71% en vente, 50% en prestations de services artisanales, 34% en profession libérale.

Ce revenu permet de définir la somme de l’indemnité journalière si survient une maladie, un accident, un congé maternité ou paternité. Selon qu’il soit en dessous ou égal au plafond annuel de la Sécurité sociale, le versement des indemnités journalières se fait à taux restreint (10%) ou plein (100%). On ne connaît pas encore le Raam de cette année à l’heure actuelle.

Les micro-entrepreneurs liés au régime général depuis un an, et les professions libérales jointes à la Cipav, profitent d’indemnités journalières si survient un accident ou une maladie.

Les aides financières disponibles pour les micro-entrepreneurs en 2023

L’Acre représente l’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise. Cette année, cette dernière permet l’exonération à moitié des cotisations sociales spécifiques, jusqu’à la fin du troisième trimestre civil dès le moment de création de l’entreprise.

En outre-mer, cette aide n’a pas la même forme. En effet, il s’agit de taux DOM échelonnés sur trois ans et accessibles à tout le monde. La demande doit s’effectuer quand vous créez votre entreprise.

L’exonération vaut sur des trimestres civils. C’est pourquoi il est recommandé de débuter votre activité en début de trimestre (janvier /avril /juillet /octobre) pour ne pas voir un ou deux mois d’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise s’échapper !

Enfin, en tant que micro-entrepreneur, il est toujours possible en 2023 de bénéficier de la prime d’activité. Pour l’obtenir, vos revenus doivent être modestes. L’aide est versée mensuellement selon votre situation et les ressources touchées lors des trois derniers mois. N’hésitez pas à vous renseigner !

Désormais, créer sa micro-entreprise n’a plus aucun secret pour vous. Tentez la création d’entreprise et devenez auto-entrepreneur ! Devenir micro-entrepreneur n’a rien de bien compliqué en 2023.

Devenir micro-entrepreneur en ligne avec Hello My Business

  • Créez votre micro-entreprise en quelques clics
  • Recevez votre KBIS en 48 heures
  • Bénéficiez des conseils d'experts en micro-entreprise
Partager sur les réseaux sociaux :
nouveautes 2023 micro-entrepreneurs

Newsletter

Développez votre activité avec nous !

Une newsletter pratique pour accompagner les indépendants dans la gestion administrative et juridique de leur activité (promis, ce sera pas ennuyeux).

Envie de devenir micro-entrepreneur ?

10€ OFFERTS*

SUR VOTRE PREMIÈRE COMMANDE

* Prix initial : 89€

  Prix avec remise : 79€