fbpx

Comment fixer ses tarifs quand on est micro-entrepreneur ?

micro-entrepreneur-fixer-ses-tarifs

Vous êtes micro-entrepreneur et vous avez du mal à calculer vos tarifs ? C’est LA question que tous les indépendants se posent… Que vous soyez artisan, commerçant ou en profession libérale, ce sont vos prix qui vont déterminer votre chiffre d’affaires, la rentabilité de votre micro-entreprise et votre niveau de vie ! Alors, quels sont les éléments à prendre en compte pour fixer ses tarifs quand on est micro-entrepreneur ? Comment calculer le prix d’un service ? Comment déterminer le tarif d’un produit ? On vous explique tout !

Les éléments à prendre en compte pour fixer son tarif en micro-entreprise

La rémunération nette souhaitée

Il s’agit tout simplement du « salaire » que vous souhaitez vous verser à la fin du mois ! C’est à vous d’en déterminer le montant, selon vos besoins. 

👉 La seule chose à garder en tête ? Votre rémunération doit obligatoirement vous permettre de couvrir vos dépenses obligatoires :

  • Les éventuels remboursements de crédits (voiture, équipements ménagers, etc.)
  • Les abonnements indispensables (internet, téléphone, etc.)
  • Le loyer et charges d’énergie (électricité, gaz, eau)
  • Le budget courses et/ou cantine des enfants

Libre à vous d’augmenter cette somme, ou de la diminuer, si vous avez besoin de vous constituer plus de trésorerie, par exemple. Lorsque votre activité se développera, et que vous aurez des clients réguliers, fixez un objectif de rémunération nette plus élevé. Les loisirs et les vacances ne font pas partie des « dépenses obligatoires » mais sont indispensables à votre équilibre vie pro – vie perso !

Les charges professionnelles

Vous pouvez consulter notre article sur la différence entre le chiffre d’affaires et le revenu auto-entrepreneur !

Votre chiffre d’affaires doit couvrir, a minima, l’ensemble de vos charges professionnelles. Vous devez donc calculer vos tarifs de micro-entrepreneur en prenant en compte cette donnée. Voici les deux grandes catégories de charges professionnelles à connaître :

  • Les charges directes, qui sont directement liées à la conception de votre produit ou à la réalisation de votre mission
  • Les charges indirectes, qui sont indispensables pour gérer et développer votre micro-entreprise.

La meilleure méthode consiste donc à prendre une feuille et un crayon, puis à lister toutes vos charges professionnelles : 

  • Achats de matières premières
  • Abonnements et fournitures
  • Cotisations sociales, impôts et taxes diverses
  • Formations et coachings
  • Remboursements de crédits
  • Assurances professionnelles
  • Loyer (local ou co-working)

Soyez exhaustif car vous devez absolument répercuter ces charges sur vos tarifs !

Les périodes creuses et les congés

⚠️ Spoiler alert ! La vie d’un micro-entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille… Dans l’année, vous allez connaître des moments d’inactivité professionnelle, période pendant laquelle votre chiffre d’affaires risque de baisser :

  • Les « périodes creuses » : c’est-à-dire des moments où votre activité est moins importante.
  • Vos congés : en tant que micro-entrepreneur, vous n’avez pas de congés payés ! 
  • Les jours où vous serez malade : même si vous pouvez bénéficier d’indemnités journalières (en fonction de votre profession), vous pouvez le prendre en compte pour calculer vos tarifs.

Pour pallier ces baisses de revenus, nous vous conseillons d’appliquer une majoration entre 10 et 15% sur vos tarifs.

Vous pourrez ainsi vous constituer un « matelas de sécurité » et piocher dedans en cas de période creuse.

📝 Bon à savoir
Pensez également à inclure dans vos tarifs de micro-entrepreneur, le temps « non-facturable ». Ça correspond au temps passé pour la gestion du projet client et le temps réservé à la prospection, la comptabilité et l’administratif de votre micro-entreprise.

Le positionnement par rapport au marché

Cette notion peut vous paraître assez subjective si vous venez de démarrer votre activité. Pourtant, le positionnement est l’un des éléments les plus importants. En quelque sorte, il détermine la manière dont vous souhaitez être perçu par vos clients. En plus de vous aider à vous démarquer, il vous permettra de mieux fixer vos tarifs de micro-entrepreneur.

Voici quelques éléments qui pourront vous aider à déterminer vos prix :

  • Positionnement souhaité en fonction de la cible (luxe, haut-de-gamme, entrée de gamme)
  • La qualité de votre service client
  • Votre expertise, votre notoriété et expérience
  • Les bénéfices apportés par vos produits

👉 Par exemple, si vous avez développé une compétence rare ou que vous proposez un service client de haut niveau, cela aura forcément un impact sur vos tarifs. Vous devez donc en tenir compte !

Les tarifs des concurrents

C’est la fameuse étude de marché ! Concrètement, il vous suffit de lister vos concurrents directs (ceux qui proposent la même offre à la même cible), détailler leur offre et le niveau du service client. Bien sûr, il faudra également relever les prix pratiqués par ces acteurs. 

En fonction de votre positionnement, vous aurez le choix entre :

  • « Attaquer le marché » en proposant des tarifs bien plus faibles (c’est la stratégie des fameux « hard discounter ») : attention tout de même à ne pas vous brader sous prétexte que vous débutez. Les petits prix peuvent également faire fuir certains clients qui associent un faible tarif à une mauvaise qualité.
  • Vous aligner sur les prix de vos concurrents : il faudra alors travailler vos éléments de différenciation pour sortir du lot.
  • Augmenter vos tarifs : vous êtes sur un positionnement haut-de-gamme. Dans ce cas, la qualité de vos produits ou services doit être à la hauteur des attentes induites par le prix ! 

Fixer le prix d’un service en micro-entreprise

Il existe deux grandes méthodes pour calculer le prix d’une prestation de service : le taux horaire et le tarif journalier. Les deux sont utilisées par des artisans et des professionnels en activité libérale (prestataire de services).

Le taux horaire pour calculer le prix d’un service

Il représente le montant payé par votre client pour une heure de travail réalisé. La plupart du temps, le taux horaire est utilisé pour des missions ponctuelles.

Voici les étapes à suivre pour fixer un prix avec un taux horaire :

  • Fixez votre rémunération mensuelle nette (=votre « salaire »)
  • Ajoutez toutes vos charges professionnelles ramenées sur un mois
  • N’oubliez pas la TVA, sauf si vous êtes en franchise de base
  • Ajoutez votre matelas de sécurité (entre 10 et 15%)
  • Divisez le montant obtenu par le nombre d’heures travaillées dans le mois

Le taux journalier pour fixer le tarif d’un service

Cela correspond au montant encaissé pour une journée de travail. Cette méthode est généralement utilisée dans le cadre de missions longues

Là encore, prenez en compte les tâches annexes : vous ne facturez donc pas 20 jours par mois. Comme base, on estime généralement que le temps réellement facturé par un entrepreneur est estimé entre 12 et 15 jours

Ce sont les mêmes critère, cités ci-dessus, que vous devez prendre en compte pour calculer votre taux journalier.

Exemple de calcul de prix pour une prestation de service

Prenons un exemple pour mieux comprendre les notions de taux horaire et taux journalier.

Mathieu est webdesigner et il souhaite se verser une rémunération de 2000€/mois. Au total, ses charges professionnelles s’élèvent à 650€/mois (cotisations et impôts, logiciels, assurance, co-working, etc.). Il n’est pas redevable de la TVA.

Il travaille 5j/7 et 7 heures par jour, soit 140 heures par mois. En réalité, il s’agit du temps travaillé et non facturé. En comptant le temps passé à la réalisation des devis et factures, la prospection ou encore la comptabilité, on estime que cela représente 30% de son temps. Au final, il facture réellement 98 heures par mois à ses clients.

Pour déterminer son taux horaire, le calcul est le suivant : (rémunération souhaitée + charges mensuelles) / nombre d’heures facturées dans le mois.

Cela donne : (2000€ + 650€) / 98 = 27€, que l’on peut arrondir à 30€ de l’heure. Si on estime qu’il facture 14 jours par mois, son taux journalier sera alors d’environ 190€.

📝 Bon à savoir
Ces chiffres restent des indicateurs et doivent être ajustés en fonction de votre expérience, de l’urgence éventuelle de la mission et tout simplement de votre positionnement ! Nous vous conseillons vivement de faire évoluer vos tarifs tout au long de votre activité de micro-entrepreneur.

Fixer le prix d’un produit en micro-entreprise

Calcul du prix de revient unitaire pour un produit

Cette méthode vous concerne si vous êtes artisan et/ou commerçant. Autrement dit :

  • Si vous fabriquez vos propres produits et que vous les revendez (artisan-commerçant) ;
  • Ou si vous achetez puis revendez des produits (commerçant, également appelé revendeur).

Voici les étapes pour bien fixer vos tarifs :

Fixez votre rémunération souhaitée (oui, on part toujours de la même base !)

Listez toutes vos charges directes : il s’agit des frais d’achat (matières premières ou produit fini), des frais d’approvisionnement (transport, douane) et des coûts de transformation (coût de la main d’œuvre et de l’énergie, si vous êtes artisan).

Listez vos charges indirectes : cela concerne les frais de distribution (coûts d’expédition et d’emballage), des frais de communication et administratifs. N’oubliez pas également vos frais généraux, comme le loyer, les assurances et vos diverses taxes.

Divisez ce montant par le nombre de produits que vous espérez vendre : vous obtiendrez alors le prix de revient unitaire. C’est le prix minimum auquel vous devez vendre votre article pour qu’il couvre toutes vos charges professionnelles (hors TVA).

Appliquez votre marge commerciale : la plupart du temps, elle est comprise entre 20 et 60% du prix de revient unitaire. C’est ce montant qui déterminera ce que vous allez gagner sur votre produit, une fois que vous aurez déduit toutes les charges, hors TVA si vous en êtes redevable.

Ajoutez également votre « matelas de sécurité » : entre 10 et 15%. Sachez que cette étape n’est pas obligatoire, c’est à vous de voir !

Pensez à ajouter la TVA, uniquement si vous dépassez le seuil de franchise de base : en fonction de votre secteur d’activité, ce pourcentage de TVA est de 5,5% ou 20%.

Exemple de calcul du prix d’un produit en micro-entreprise

Maud est pâtissière et réalise de jolis cupcakes pour ses clients. Elle débute et souhaite se verser 1400€ par mois. 

Voici le détail des chiffres estimés :

  • Total des charges directes et indirectes : 1200€/mois
  • Quantité estimée de cupcakes vendus par mois : environ 100
  • TVA : non redevable 
  • Marge commerciale souhaitée : 25%

Maud doit donc effectuer le calcul suivant pour déterminer son prix de vente final :

  • Prix de revient : 1400€ (rémunération) + 1200€ (charges) / 100 = 26€ (c’est le prix minimum pour couvrir ses charges professionnelles, mais à ce tarif, Maud ne pourra pas se rémunérer)
  • Application de sa marge bénéficiaire : 26€ + 25% = 32.5€
  • Périodes creuses : 32.5€ + 10% = 35.75€

👉 Elle n’applique pas de TVA puisqu’elle n’a pas dépassé le seuil et n’est donc pas redevable. Selon les calculs, elle doit vendre chaque cupcake 35.75€. Elle pourra faire varier ce prix en jouant sur sa rémunération et sa marge bénéficiaire.

Donnez-nous votre avis :

0 / 5. 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager l'article :

DEVENIR MICRO-ENTREPRENEUR

Derniers articles :

avantages-inconvénients-microentrepreneur

Devenir micro-entrepreneur : Top 8 des avantages et inconvénients

Vous envisagez de créer votre propre entreprise ? Rien de … Continue Reading

Micro-entrepreneur : comment remplir ma déclaration de revenus 2021 ?

Ça y est, la déclaration d’impôts est en ligne depuis … Continue Reading

microentreprise-nettoyage-lavage

Créer une micro-entreprise de nettoyage et lavage de voitures

Vous désirez créer votre micro-entreprise de nettoyage et de lavage … Continue Reading