fbpx

La couverture sociale de l’autoentrepreneur

couverture-sociale-autoentrepreneur

Lorsque vous êtes auto entrepreneur, vous payez vos cotisations au moment où vous déclarez votre chiffre d’affaires, soit mensuellement, soit trimestriellement. Cette couverture sociale vous donne des droits en matière de couverture maladie, chômage, droit à la retraite et congé maternité. En voici le détail.

Les cotisations et les seuils d’indemnisation

À noter : Si vous êtes à la fois salarié et auto entrepreneur, vous cotisez doublement au différents régimes sociaux, mais vous ne toucherez pas de doubles indemnités !

La particularité du régime de l’autoentrepreneur est de ne réclamer le paiement de cotisations qu’en cas de chiffre d’affaires. Ces cotisations sont proportionnelles au volume d’affaires traité.

En toute logique, un autoentrepreneur qui déclare un chiffre d’affaires nul ou peu élevé ne pourra pas prétendre aux indemnisations.

L’assurance maladie de l’auto entrepreneur

L’organisme d’affiliation des auto entrepreneurs a changé. Alors qu’il s’agissait du RSI – Régime Social des Indépendants – il s’agit désormais de la SSI – Sécurité Sociale des Indépendants – qui est rattachée au régime général de l’assurance santé. Cette réforme a pour objectif de loger tous les indépendants à la même enseigne en 2020.

Ainsi, si vous avez créé votre auto entreprise avant 2020 :

-> soit vous n’êtes pas seulement auto entrepreneur, car vous aviez déjà une autre activité, et, dans ce cas, vous demeurez affilié à votre ancien organisme ;

-> soit vous n’avez pas d’autre activité que votre auto entreprise et votre couverture sociale basculera de l’organisme géré par la SSI (Harmonie Mutuelle, Mutuelle Bleue, La Ram…), vers la CPAM. Dans ce cas, le changement s’effectue automatiquement, et vous devez juste penser à mettre votre Carte Vitale à jour.


Si vous êtes devenu auto entrepreneur en 2020, vous dépendez alors de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de votre lieu de résidence.

Le remboursement des frais médicaux 

Les auto entrepreneurs bénéficient de la même couverture santé que les salariés, avec les mêmes taux de remboursement pour les hospitalisations, consultations médecin, consultation dentiste, médicaments…

Les indemnités journalières en cas de maladie ou d’accident 

Si vous exercez une activité libérale

Si vous exercez une activité libérale réglementée, vous n’avez pas droit aux indemnités journalières en cas d’arrêt de travail pour maladie ou accident.

Dans le cas où vous exercez une activité libérale non réglementée (comme c’est le cas pour l’enseignement, le conseil ou le coaching) et si vous avez créé votre auto entreprise avant le 1er janvier 2018, vous pouvez, opter pour les règles générales de la protection sociale des travailleurs indépendants. Vous avez jusqu’au 31 décembre 2022 pour vous inscrire et, dans ce cas, vous aurez droit à des indemnités journalière en cas d’arrêt de travail.

Sinon, si vous avez créé votre auto entreprise après le 1er janvier 2018 et que votre activité n’est pas réglementée, vous bénéficiez automatiquement des règles générales de protection sociale des travailleurs indépendants, tout comme les artisans et commerçants. Ceci s’applique à la condition que votre revenu annuel soit supérieur ou égal à 3 919,20 €.

Si vous êtes commerçant ou artisan

Les auto entrepreneurs commerçants ou artisans doivent être inscrits à la SSI depuis au minimum un an et avoir un revenu annuel supérieur ou égal à 3 919,20 €, pour avoir le droit de bénéficier d’indemnités journalières en cas d’arrêt de travail.

Dans les deux cas, vous devez considérer votre revenu annuel et non votre chiffre d’affaires. Cela signifie que vous devez retrancher l’abattement fiscal forfaitaire auquel vous avez droit de votre CA, soit 71 % pour les activités commerciales, 50 % pour les prestations de services artisanales et commerciales et 34 % pour les activités libérales non réglementées.

Vous devez également tenir compte du délai de carence qui ne couvre pas les 3 premiers jours pour un arrêt de plus de 7 jours. En-deçà de 7 jours, vous ne touchez aucune indemnité.

La retraite de base et la retraite complémentaire des auto-entrepreneurs

Voici ce qui est en place pour ce début d’année 2020. Actuellement, il est question de changer de système de retraite, mais étant donné que le gouvernement modifie ses conditions à tout bout de champ, nul ne sait – et surtout pas lui-même – comment seront calculées les retraites de demain.

Les auto entrepreneurs valident des droits pour la retraite, à partir d’un chiffre d’affaires minimum qui est fixé en fonction de la nature de votre activité. La retraite complémentaire suit les règles du régime de base, avec un système à points.

Les allocations familiales

La CAF – Caisse d’Allocations Familiales – délivre des prestations familiales pour les auto entrepreneurs à faibles revenus. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que pour les salariés. Vous avez également doit à la prime d’activité.

Pour connaître vos droits, vous disposez du simulateur de la CAF sur son site Internet.

Le congé maternité

Les auto entrepreneuses bénéficient des droits au congé maternité si elles peuvent justifier dix mois d’affiliation au titre d’une activité non salariée (ou autre activité ou chômage). Il ne faut pas qu’il y ait eu d’interruption entre ces affiliations.

La durée maximale du congé maternité, sauf en cas de complications, est de six semaines avant la date évaluée de l’accouchement et de dix semaines après, soit un cumul de cent-douze jours au total. Cela correspond à la durée du congé maternité des salariées.

Vous touchez deux types d’allocations que vous pouvez cumuler : l’indemnité journalière forfaitaire d’interruption d’activité et l’allocation forfaitaire de repos maternel. Leur montant est calculé sur vos revenus des trois dernières années civiles, précédant la date du versement des allocations. Le seuil du revenu annuel est, là encore, de 3 919,20 €. S’il est inférieur, vous ne touchez que 10 % des prestations.



Désormais, les pères auto entrepreneurs peuvent bénéficier d’un congé paternité de 11 jours consécutifs pour un enfant et de 18 jours, pour des naissances multiples. Il peut être prolongé jusqu’à 30 jours pour les naissances prématurées et les cas d’hospitalisation.

L’assurance invalidité-vieillesse

Les auto entrepreneurs cotisent et donc ont droit aux indemnités invalidité vieillesse. Les versements concernent les auto entrepreneurs invalides et, en cas de décès, le conjoint bénéficie d’un capital et de la pension de réversion.

Le chômage et les entrepreneurs

Les auto entrepreneurs ne cotisent pas pour le chômage, donc n’ont logiquement pas droit à ces allocations. Cependant, la loi Avenir Professionnel du 1er janvier 2019 prévoit une indemnisation dans certains cas.

Il faut que vous ayez fait l’objet d’un jugement d’ouverture de liquidation judiciaire ou d’une procédure de redressement judiciaire. Le montant de cette allocation est au maximum de 800 € mensuels et ne peut être versée au-delà de six mois.

Si tu as encore des questions sur la couverture sociale des autoentrepreneurs, poses ta question sur notre groupe facebook.

0 0 vote
Note
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Partager l'article :

DEVENIR MICRO-ENTREPRENEUR

Derniers articles :

autoentrepreneur-maroc

Devenir auto-entrepreneur au Maroc

Tenté par l’aventure à l’étranger, avez-vous pensé à devenir auto-entrepreneur … Continue Reading

Micro-entrepreneur : comment s’actualiser sur Pôle Emploi ?

Quand on est micro-entrepreneur, l’actualisation Pôle Emploi peut vite devenir … Continue Reading

Auto-entrepreneur en coworking : comment est calculée ma CFE ?

La fin d’année approchant, les questions relatives à la Cotisation … Continue Reading

Aenean leo dictum Donec adipiscing sit mattis amet,