Nous appeler

Devenir électricien auto-entrepreneur (GUIDE COMPLET 2022)

Partager sur les reseaux sociaux :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
électricien

Pour les artisans tels que les électriciens, bénéficier du statut d’auto-entrepreneur est l’occasion de se mettre à son compte et de multiplier les offres de service. Si la perspective semble séduisante, remplir certaines conditions est nécessaire avant de travailler en tant qu’électricien auto-entrepreneur. Focus sur les formations et les démarches requises pour se lancer.

Le métier en bref

En souhaitant se lancer à son compte, un électricien bénéficie du statut d’artisan auto-entrepreneur.

  • La chambre de Métiers et de l’artisanat agit comme CFE compétent.
  • Le code APE attribué : 43.21A, Travaux d’installation électrique dans tous les locaux.
  • Le montant du chiffre d’affaires est limité à 176 200 € HT, dont 72 500 € pour les prestations de services en activité mixte (vente et prestation de services).
  • La cotisation sociale est de 22 % du CA pour la main-d’œuvre et 12,8 % du CA pour la vente d’équipements et de fournitures.
  • Une rémunération d’environ 30 €/h soit, entre 1500 et 4000 €/mois.

Est-ce fait pour moi ?

Un électricien auto-entrepreneur est un artisan multitâche pouvant œuvrer dans différents domaines. Au-delà de la formation et des années d’expériences requises, le métier d’électricien auto-entrepreneur requiert des qualités personnelles.

Présentation du métier

Un électricien est en mesure de s’occuper de l’ensemble d’un réseau électrique, de l’installation à la gestion et à la réparation de celui-ci. Il peut donc intervenir dans le cadre d’une rénovation ou assurer les travaux dans le cadre d’un projet de construction. Cela peut donc inclure :

  • la mise aux normes d’une installation vétuste ;
  • la réalisation d’un schéma électrique ;
  • la pose de tableau électrique, de prises et d’interrupteurs ;

Il peut également être appelé pour dépanner ou installer des équipements électriques tels que la climatisation ou le chauffage. En bénéficiant d’une spécialisation, un électricien auto-entrepreneur peut s’occuper d’appareils électroménagers, d’équipements bureautiques, etc. D’après ce contexte, vous pourrez vous mettre aussi bien au service de particuliers que d’entreprises. En fonction du contrat, il peut s’agir de missions ponctuelles facturées à l’heure ou de façon journalière, ou d’une prestation s’étalant sur des mois. Toutefois, il est possible de contracter un marché dans le domaine de l’événementiel, notamment pour la pose d’une installation éphémère.

Qualités requises et formation

Comme tous les secteurs d’activité, travailler en tant qu’électricien auto-entrepreneur nécessite une formation préalable. Pour bénéficier de ce statut, vous devrez donc :

  • Outre les formations, des qualités personnelles sont également requises pour mener à bien chaque intervention, à savoir :
  • l’esprit d’équipe : en fonction de la nature des travaux attendus par le maître d’ouvrage, il est possible que vous ayez à travailler avec d’autres corps de métier. Dans le cadre d’une rénovation ou d’une nouvelle construction, il est donc courant de voir collaborer un électricien et un plombier, un électricien et un maçon, etc. sur place ;
  • la minutie : afin de garantir la sécurité de tous, l’installation doit répondre aux normes. Pour œuvrer en tant qu’électricien auto-entrepreneur, il est donc nécessaire de travailler avec rigueur. Cela s’avère nécessaire, tant au moment de l’achat des équipements que de l’installation et des vérifications finales avant de tout mettre en marche. En rénovation, une inspection minutieuse est également requise pour détecter les équipements défaillants ;
  • la polyvalence : être polyvalent vous permettra d’accéder à plus de contrats, sachant que vous pourrez vous adapter à différentes situations ;
  • la disponibilité : en travaillant en tant qu’électricien auto-entrepreneur, il vous sera nécessaire d’être joignable à tout moment, afin de répondre aux demandes urgentes des clients.

Les démarches et formalités

La création d’une auto-entreprise dans le domaine électrique nécessite un enregistrement auprès d’un Centre de formalité des entreprises ou CFE. Dans le cas d’une activité artisanale, cela se fait au niveau de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Afin de bénéficier d’un extrait Kbis justifiant de votre activité, certaines démarches sont à respecter.

La déclaration d’activité

La déclaration de début d’activité se fait auprès d’un CFE. La démarche peut se faire en ligne ou en envoyant le dossier par la poste. Il est également possible de se faire accompagner par un prestataire pour la création d’une auto-entreprise. Pour déclarer votre activité d’électricien auto-entrepreneur, vous aurez à transmettre un certain nombre de pièces, à savoir :

  • une copie de votre pièce d’identité ;
  • un justificatif de domicile, qui sera également le siège de votre entreprise ;
  • une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • une copie des diplômes requis pour l’activité ;
  • un formulaire de création ou cerfa P0, à retirer sur le site de Guichet-entreprises ;
  • un formulaire JQPA

L’immatriculation de la micro-entreprise

Afin de pouvoir travailler en tant qu’électricien auto-entrepreneur, votre entreprise doit être inscrite dans le Répertoire des Métiers. L’immatriculation de l’entreprise se fait de manière automatique au niveau des Centres de formalités compétentes. À l’issue de cette formalité, vous obtiendrez les documents justificatifs vous permettant de travailler, notamment :

  • une situation au répertoire Sirene et un numéro Siret. Ce numéro est la preuve de l’existence de la société. De ce fait, elle est à inclure dans les documents tels que les factures ;
  • un extrait d’immatriculation D1P (également connu comme extrait Kbis), valable pendant 3 mois ;
  • un mémento fiscal. 

En tant qu’électricien auto-entrepreneur, vous bénéficierez automatiquement d’une affiliation à la sécurité sociale des indépendants. Cette notification vous parviendra dans les 4 à 6 semaines à la suite de votre immatriculation.

La déclaration de chiffres d’affaires

Il s’agit de la déclaration du chiffre d’affaires encaissé (c’est-à-dire toutes les factures que vous avez déjà perçues). Elle peut se faire soit de façon mensuelle, soit trimestrielle. Quel que soit votre choix, la première déclaration de chiffre d’affaires se fait dans les 90 jours suivant le début de votre activité.

La souscription d’une assurance

La souscription d’une assurance professionnelle est obligatoire pour œuvrer en tant qu’électricien auto-entrepreneur. Il s’agit notamment de :

  • l’assurance de responsabilité civile professionnelle. Ce type de contrat couvre les dommages occasionnés à un tiers, qu’ils soient physiques ou matériels ;
  • la garantie décennale, obligatoire pour les travaux de gros œuvre (l’ensemble de l’installation électrique). Elle permet de couvrir les frais dans le cas où des dommages surviendraient dans les 10 ans suivant la réception du chantier ;
  • la garantie biennale, qui prend en charge le coût des travaux liés à un dysfonctionnement des composants annexes de l’installation (ex : disjoncteur, prises électriques). Elle s’applique jusqu’à 2 ans après réception du chantier.

Les clés de la réussite

Au-delà de la création de la micro-entreprise, réussir en tant qu’électricien auto-entrepreneur nécessite une étude de marché et une mise en place d’une stratégie de promotion de l’activité.

Réaliser une étude de marché

L’étude de marché regroupe différentes actions visant à évaluer si le projet peut être rentable. La première étape consiste donc à se renseigner concernant les besoins en électriciens dans la zone où vous souhaitez vous implanter. À partir de ces données, il sera possible de définir la clientèle cible et les méthodes adaptées pour les atteindre. Cependant, il est nécessaire de connaître ses concurrents, notamment le type de prestations qu’ils proposent, les techniques de fidélisation qu’ils utilisent, etc. L’objectif est de pouvoir adopter la stratégie marketing adéquate, notamment en définissant les tarifs et les services que vous fournissez.

Se constituer une notoriété

La notoriété s’acquiert généralement à l’issue des prestations effectuées. Toutefois, il est avant tout nécessaire de se faire connaître. Au moment du lancement de l’activité, essayez d’augmenter votre visibilité. Pour ce faire, proposez une carte de visite, distribuez des prospectus, participez aux foires et aux salons, etc. Si vous disposez d’un véhicule de travail, il serait intéressant de le personnaliser selon la charte graphique de votre entreprise, sans oublier d’y inscrire vos contacts. Au fil du temps, il sera possible de compter sur le bouche-à-oreille des clients. Outre les méthodes classiques, sachez qu’être présent sur Internet est également un bon moyen de se faire connaître. Si la méthode la plus simple et la plus accessible reste de créer une page sur les réseaux sociaux, bénéficier de votre propre site web est également intéressant. En optant pour un référencement local, vous pourrez plus facilement atteindre votre clientèle cible. 

« J’ai souhaité me mettre à mon compte et devenir électricien auto-entrepreneur afin de développer mon activité et d’élargir mes horizons. Au cours de ces quelques années de métier, j’ai pu collaborer avec différents professionnels et répondre aux attentes de mes clients. Si devenir auto-entrepreneur a été l’occasion de travailler à mon rythme, il faut savoir que ce statut implique également des responsabilités. » 

Serge, 30 ans.

Newsletter

Développez votre activité avec nous !

Une newsletter pratique pour accompagner les indépendants dans la gestion administrative et juridique de leur activité (promis, ce sera pas ennuyeux).