Nous appeler

Devenir géomètre micro-entrepreneur

Partager sur les reseaux sociaux :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
géomètre

Être micro-entrepreneur signifie avoir une activité professionnelle autonome. Pour faciliter l’activité, le régime social et fiscal est simplifié. Un géomètre micro-entrepreneur est un expert qui travaille dans le domaine du BTP. Il opère pour son compte et intervient dans les projets de construction. Les avantages de ce métier sont la mobilité et la liberté.

Le métier en bref

Voici quelques informations à retenir sur le métier de géomètre :

  • Salaire en début de carrière : 2 000 à 3 000 € brut par mois.
  • Activité des géomètres : code APE/NAF 7112A.
  • Le Centre de formalités des entreprises (CFE) varie selon la structure dans laquelle l’activité est exercée : URSSAF, chambre de commerce et d’industrie (CCI), greffe du tribunal de commerce ou greffe du tribunal d’instance.
  • Le montant des cotisations sociales : 22 % du salaire brut, soit 28 % du salaire net.
  • Le plafond annuel de chiffre d’affaires à ne pas dépasser est fixé à 70 000 €.
  • Pour un géomètre micro-entrepreneur, la prestation est exonérée de TVA.

Est-ce fait pour moi ?

Le géomètre est très sollicité dans le domaine de la construction. Ainsi, pour mieux réussir, il doit suivre des formations spécifiques et disposer de solides compétences.

Présentation du métier

Le métier de géomètre est né pendant l’Antiquité à Rome. Les premiers géomètres avaient différentes tâches durant cette époque : la délimitation des terrains publics et privés, l’archivage des parcelles, l’implantation des colons romains dans les terres conquises et les provinces, et l’attribution de territoires aux doyens de la légion. Depuis, la profession a évolué dans le monde. Le géomètre intervient dans les projets d’aménagements ruraux et urbains, publics ou privés, et ses missions sont larges.

  • Sa première mission est de relever les dimensions d’une parcelle, d’un terrain ou d’un site géographique. Il le fait en altimétrie (mesures de hauteurs) et en planimétrie (mesures de surfaces). Pour cela, il utilise différents appareils : le télémètre, le théodolite, le tachéomètre, et le système GPS ou niveau d’optique. Ainsi, il doit s’adapter aux conditions qu’offre chaque lieu : la circulation, la nature du terrain (escarpé, dénivelé…), et autres.
  • Puis, dès son retour au bureau, il effectue la retranscription des mesures. À l’aide de différents logiciels, il reproduira les plans topographiques obtenus grâce aux repères sur le terrain.
  • Enfin, il se chargera de la gestion administrative du projet pour compléter le dossier technique dont chaque intervenant (chefs de projet, chefs d’équipe, conducteurs de chantier, administrations régionales et communales, architectes et clients) a besoin.

Sachez qu’un géomètre peut aussi intervenir dans le partage de biens immobiliers, dans la réalisation de la servitude, dans le règlement de conflits relatifs à la mitoyenneté, et dans l’évaluation des immeubles. Il peut aussi contribuer à la réalisation des projets de recherche et à assurer la croissance du système d’information géographique. Par ailleurs, vous pouvez entendre parler de géomètre topographe et de géomètre-expert. La différence entre les deux se trouve au niveau de leur qualification. À noter que pour pouvoir être un géomètre-expert, il faut être âgé de 25 ans révolus.

Qualités requises et formation

Pour avoir les qualités de géomètre topographe, il faut être titulaire de plusieurs diplômes :

  • Le bac professionnel technicien géomètre topographe.
  • Le BTS métiers du géomètre topographe et de la modélisation numérique.
  • Le BTS études et travaux géographiques qui est proposé par l’ENSG ou École nationale des sciences géographiques.
  • La licence professionnelle aménagement du territoire et urbanisme, spécialité cartographie, topographie et système d’information géographique.
  • La licence professionnelle travaux publics, spécialité technicien en géo-mesures et foncier.

À noter que pour devenir ingénieur topographe, l’élève doit continuer sa formation vers un niveau bac +5, dont :

Et pour être un géomètre-expert, il est indispensable de passer le diplôme de géomètre-expert DPLG reconnu par l’Etat.

Par ailleurs, les qualités requises pour devenir un géomètre micro-entrepreneur sont :

  • la flexibilité ;
  • excellente capacité communicationnelle ;
  • le sens de l’organisation ;
  • le sens de l’observation ;
  • le sens des responsabilités ;
  • la précision et la rigueur ;
  • le travail d’équipe ;
  • la polyvalence ;
  • la résistance physique.

Les démarches et formalités

Comme tout projet de création d’auto-entreprise, devenir géomètre auto-entrepreneur nécessite aussi de suivre des démarches administratives.

Demande de reconnaissance de qualification auprès du ministre chargé de l’urbanisme

Cela concerne tous les ressortissants de l’Espace Économique Européen ou de l’Union Européenne qui veulent vivre en France et avoir la qualité de géomètre-expert. La demande doit être en double exemplaire et accompagné de la CIN et de la fiche d’état civil, de la copie des certificats et diplômes des formations (avec description du contenu), du titre de formation ou de l’attestation de compétence, ainsi que des preuves qui justifient qu’au cours des dix dernières années, le géomètre-expert a déjà exercé au moins une année dans un Etat membre de l’EEE ou de l’UE. Le ministre prendra 3 mois pour examiner le dossier. Si aucune réponse n’est obtenue dans ce délai, cela équivaut au rejet de la demande.

Demande d’inscription à l’Ordre des géomètres-experts

Cela se fait par lettre recommandée adressée au président du conseil régional de l’Ordre. La demande sera accompagnée de 3 photos d’identité, d’une CIN ou fiche d’état civil, d’un extrait du bulletin n°3, d’une attestation de versement de l’indemnité pour frais de dossier (coût fixé annuellement par le Conseil supérieur après approbation du commissaire du gouvernement), d’une attestation des compétences en langue française, d’une fiche de renseignements venant du conseil régional (3 exemplaires), et d’une copie du diplôme prouvant la qualité de géomètre-expert ou une lettre ministérielle portant reconnaissance du titre ou, à défaut, d’un accusé de réception de la demande de reconnaissance. À compter de la réception de la demande, l’intéressé recevra un accusé de réception venant du président du conseil régional dans un délai d’un mois. Il est possible d’effectuer un recours dans les deux mois dès réception de la notification de la décision. Pour statuer, le Conseil supérieur de l’Ordre aura ensuite quatre mois. Quand le géomètre-expert sera finalement inscrit, il prêtera serment devant le conseil régional et recevra son numéro d’inscription à l’Ordre délivré par le Conseil supérieur ainsi qu’une carte professionnelle européenne.

Déclarer l’entreprise

Pour ce faire, il devra d’abord faire une déclaration auprès de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI). Les pièces justificatives qu’il devra fournir dépendront de la nature de son activité. Dès lors que le dossier est complet, la CCI signalera au demandeur où son dossier a été transmis. Si le dossier a été refusé, il dispose d’une possibilité de recours devant le tribunal administratif. Puis, notez que c’est la forme juridique  de la société qui influencera le coût de cette déclaration. Enfin, une fois que les statuts de l’entreprise sont signés et datés, le géomètre-expert doit les enregistrer auprès du service des impôts des entreprises (SIE) si la forme de l’acte l’exige ou s’il comporte une opération particulière soumise à un enregistrement.

Les clés de la réussite

Pour réussir en tant que géomètre auto-entrepreneur, il est nécessaire de disposer de certaines qualités.

Maîtriser le rôle d’un géomètre

Il est primordial de maîtriser le domaine et de comprendre les missions. Être géomètre ne signifie pas seulement installer les cannes et les trépieds sur le bord de la route. Cette profession consiste aussi à intervenir dans le secteur juridique afin de déterminer les limites des propriétés et de résoudre les conflits de voisinage. En outre, les géomètres-experts peuvent travailler dans le cadre des projets de construction, de creusement de tunnels, ou des projets miniers et autres. Peu importe leurs rôles, ils ont tous en commun la responsabilité de mesurer avec la plus grande précision.

Avoir des connaissances mathématiques

Pour exceller dans le métier de géomètre, il faut avoir de bonnes connaissances en mathématiques. Si vous ne savez pas mesurer les angles et les distances, déterminer les pentes, trouver les différences d’élévation ou encore effectuer divers calculs géométriques, vous ne pourrez pas avancer dans votre travail, d’autant plus que ce sont les bases de la profession. Les résultats que vous devez soumettre à vos clients doivent être exempts d’erreurs. Bien que vous ayez déjà à votre disposition des outils spécialisés, vous devez toujours posséder de bonnes compétences mathématiques pour obtenir des résultats précis.

Avoir le souci du détail

Dans ce domaine, la précision est un facteur très recherché. C’est pourquoi il faut avoir le souci du détail. Ainsi, toutes les informations qu’un géomètre recueille et présente doivent être vraies et précises. Cela implique de corriger les erreurs, même dans les plus petits détails, et de prendre des mesures exactes avec une marge d’erreur.

« Je suis passionné par le fait d’aider les gens à comprendre et à connaître les limites et les caractéristiques d’un terrain avant de l’acheter ou de le vendre. Mes services ont pour but d’aider à construire et à satisfaire les codes locaux d’une propriété. Je suis une personne de plein air, et j’aime travailler à l’extérieur ; cela fait partie des avantages de devenir arpenteur-géomètre. Je peux faire ce que je veux dans un environnement où je me sens bien. »

Baptiste, 35 ans

Newsletter

Développez votre activité avec nous !

Une newsletter pratique pour accompagner les indépendants dans la gestion administrative et juridique de leur activité (promis, ce sera pas ennuyeux).