Nous appeler
Whatsapp Hello My Business

Se mettre à son compte : 8 étapes indispensables

Partager sur les reseaux sociaux :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
se-mettre-a-son-compte

Lorsqu’on veut se mettre à son compte, on a souvent tendance à se poser mille questions. Par où commencer ? Quelles sont les étapes à ne pas louper ? Faut-il d’abord choisir son statut ou faire une étude de marché ? Pour éviter de perdre du temps, il s’agit de bien structurer votre projet ! De la formalisation de l’idée au lancement officiel de votre activité, on vous explique toutes les étapes indispensables pour se mettre à son compte.

Formaliser son idée

Vous avez très envie de vous mettre à votre compte ? Commencez par « dégrossir » l’idée que vous avez en tête :

  • Quel est votre concept ? 
  • Qui sont vos potentiels clients ?
  • Est-ce qu’il s’agit d’une idée novatrice ou déjà existante ?
  • Quels seraient vos éléments de différenciation ?

Assurez-vous également que ce projet soit en cohérence avec… vous-même ! Même si vous pensez avoir l’idée du siècle, celui-ci doit toujours être aligné avec votre personnalité, vos valeurs, vos objectifs et contraintes personnelles.


Faire une étude de marché

Spoiler alert :  trouver une bonne idée ne suffit pas pour créer votre entreprise (ça serait bien trop simple !). Vous devez donc vérifier que le marché est porteur et que votre projet est viable sur le long terme. 

L’étude de marché va vous permettre :

  • De faire le point sur les tendances actuelles dans votre thématique ;
  • De comprendre le marché actuel (taille, taux de croissance, rentabilité, modes de distribution, fournisseurs, etc.) ;
  • De connaître le fonctionnement et la réglementation de votre secteur ;
  • D’analyser la concurrence et de trouver votre positionnement.

L’étude de marché est idéale pour connaître votre future clientèle, de comprendre leurs attentes et tester votre offre. N’hésitez pas organiser des entretiens en face à face ou des réunions de groupe. Grâce à ces études qualitatives, vous obtiendrez de précieuses informations et pourrez réajuster votre projet !

Élaborer son business plan pour se mettre à son compte

Souvent boudé par les entrepreneurs, le business plan est pourtant une étape absolument indispensable ! Ce document a trois grands objectifs : clarifier votre projet, donner un cap à votre entreprise et convaincre vos futurs partenaires de vous financer (banques, investisseurs, etc.).

Bien réalisé, votre business plan doit clairement mentionner :

  • Les informations capitales de votre secteur : c’est l’étude de marché !
  • Votre stratégie marketing et commerciale : clientèle cible, positionnement (image que vous souhaitez véhiculer), offre et plan d’action stratégique.
  • Les ressources humaines et matérielles dont vous avez besoin.
  • Votre plan de communication : les outils et actions pour vous faire connaître pendant le lancement de votre entreprise.
  • L’étude financière de votre projet : elle doit comporter, au minimum, un bilan prévisionnel, un compte de résultat prévisionnel, un budget de trésorerie et un plan de financement.

La réalisation de votre business plan est un casse-tête ? N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel en création d’entreprise et/ou un expert-comptable.

✏️ A noter
attention aux chiffres farfelus ! Pour que votre business plan soit cohérent, indiquez seulement des données réalistes et justifiées. Ce document doit être parfaitement illustré et argumenté pour être crédible auprès des investisseurs.

Choisir un statut juridique adapté

Formalités de création, régime fiscal et social, protection des biens personnels, montant des charges… Le statut juridique a un impact très important dans la vie quotidienne d’une structure.

Vous avez deux grandes possibilités :

📍Si vous créez seul : vous aurez le choix entre la micro-entreprise, l’entreprise individuelle, l’EURL ou encore la SASU.

📍Si vous vous associez : vous devrez créer une société, qu’il s’agisse d’une SARL, SNC, SAS ou SA.

👉Notre conseil : ne vous précipitez pas en choisissant le « statut » à la mode ! Prenez le temps de comparer les différentes structures juridiques avec l’aide d’un professionnel. 

Rechercher des financements

En fonction de la nature de votre activité, vous aurez besoin de financements extérieurs pour créer votre entreprise. Grâce au business plan, vous avez normalement recensé vos différents besoins financiers : local, matières premières, matériels et outils, communication, etc.

À partir de là, plusieurs sources de financement sont possibles :

  • Vos proches : familles et amis peuvent vous donner ou prêter une certaine somme d’argent !
  • Les établissements bancaires traditionnels ;
  • Les investisseurs, appelés « business angels » ;
  • Les organismes publics : l’État, les régions et départements.

Pensez également aux sites de crowdfunding pour financer votre activité. L’enjeu étant de récolter des fonds auprès de particuliers en échange d’une contrepartie financière ou matérielle. C’est le principe de la récompense !

🧠 Bon à savoir
vous souhaitez créer une micro-entreprise et la banque refuse de vous financer ? Tournez-vous vers des organismes spécialisés comme l’ADIE pour les microcrédits et BPI France pour les prêts d’honneur.

Se renseigner sur les aides à la création d’entreprise

En France, il existe de nombreuses aides pour créer son entreprise, peu importe le statut juridique:

  • Les aides sociales : l’ACRE (allègement des cotisations sociales), l’ARCE (uniquement pour les demandeurs d’emploi éligibles aux allocations chômage), le CAPE (soutien matériel et financier), le RSA ou encore la prime d’activité.
  • Les aides fiscales : réduction d’impôt sur le revenu, déduction des intérêts d’emprunt, etc.
  • Les aides financières : microcrédits, prêts d’honneur, prêt NACRE, etc. 

👉 Vous bénéficiez du RSA ou de la prime d’activité ? Sous certaines conditions, ces aides peuvent être maintenues lorsque vous vous mettez à votre compte. Renseignez-vous auprès d’une assistance sociale, il s’agit d’un coup de pouce non négociable 😉 

👩‍💻Bon à savoir
Il existe des aides réservées aux femmes entrepreneures ! C’est le cas du dispositif ÉGALITÉ Femmes, une garantie permettant aux demandeuses d’emploi (ou femmes précaires) d’accéder plus facilement aux crédits bancaires. Rapprochez-vous des organismes et réseaux dédiés à l’entrepreneuriat féminin.

S’entourer des bons partenaires

« Seul, on va plus vite, à deux, on va plus loin ! » : cet adage n’a jamais été aussi vrai que lorsqu’on se met à son compte. Dès la création de votre entreprise, n’hésitez pas à lister les différents partenaires dont vous avez besoin. 

Expert-comptable, fournisseurs, sous-traitant ou encore avocat, toutes ces personnes ont un rôle à jouer dans la réussite de votre nouvelle activité. Pour bien les choisir, renseignez-vous sur leurs compétences, lisez des témoignages de leurs clients et fiez-vous à votre instinct ! La plupart du temps, il ne trompe pas…

📝A noter
en micro-entreprise, le recours à un expert-comptable n’est pas obligatoire, même si vous devenez redevable de la TVA.

Faire les formalités pour se mettre à son compte

Vous y êtes presque ! Voici les dernières étapes avant de pouvoir vendre officiellement vos produits ou vos services : 

  • Souscrire une assurance : en fonction de votre activité, certaines assurances professionnelles sont obligatoires. La plupart du temps, il s’agit de la RC Pro, de l’assurance multirisque professionnelle, perte d’exploitation ou encore perte de revenus (non obligatoire).
  • Ouvrir un compte bancaire professionnel : c’est indispensable pour séparer vos gains/dépenses professionnelles et personnelles. Vous êtes en micro-entreprise ? Sachez qu’un simple compte courant suffit ! Sinon, Blank, la néobanque du crédit agricole fournit un compte bancaire avec outils de gestion + assurance à partir de 7e/mois.
  • Rédiger vos statuts : c’est obligatoire si vous créez une société. Il s’agit d’un document précisant l’ensemble des règles de votre entreprise (pouvoir des associés, apport, montant du capital social, dénomination sociale, etc.).
  • Immatriculer votre entreprise : il s’agit de créer officiellement votre activité ! Les formalités dépendent de votre statut juridique. En micro-entreprise, les démarches sont très simples, il vous suffit de faire une déclaration de début d’activité auprès de votre CFE (URSSAF, CCI ou CMA). En société, vous devrez également déposer un avis dans un journal d’annonces légales et déposer un capital social à la banque.