Nous appeler
Whatsapp Hello My Business

Comment cumuler la retraite et les revenus de votre micro-entreprise

Partager sur les reseaux sociaux :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Être à la fois retraité et auto-entrepreneur est de plus en plus courant. Cela s’explique parfois par des raisons financières. La pension de certains retraités n’est en effet pas toujours suffisante pour conserver leur niveau de vie. Mais certains retraités deviennent auto-entrepreneurs parce qu’ils se sentent en pleine forme et qu’ils ont envie de continuer à exercer une activité qui maintient le lien social !

Alors si vous êtes retraité et souhaitez lancer votre activité d’auto-entrepreneur, suivez le guide ! 👋

📝 Attention
Attention à ne pas confondre le cumul des statuts de retraité et d’auto-entrepreneur avec le sujet de la retraite des auto-entrepreneurs ! Cette problématique fait également l’objet d’un article, n’hésitez pas à le consulter !

Comment devenir auto-entrepreneur si l’on est déjà retraité ?

Sur le principe, il n’y a aucune interdiction à ouvrir une micro-entreprise tout en étant déjà retraité.

Toutefois, il faut bien prendre en compte certains aspects pour pouvoir bénéficier de cette disposition. C’est particulièrement le cas de votre âge réel ou de l’âge légal de départ en retraite.

Si vous vous situez dans la fourchette de 65 à 67 ans, votre retraite est automatiquement à taux plein.

Si, par contre, vous avez bien validé l’ensemble des trimestres de cotisation durant votre carrière professionnelle et que vous atteignez l’âge légal pour cesser votre activité (en général entre 60 et 62 ans), vous pourrez aussi bénéficier d’une retraite à taux plein.

✏️ A noter
Avant de devenir auto-entrepreneur tout en étant retraité, il vous faudra néanmoins avoir liquidé l’intégralité des pensions obligatoires et complémentaires.

Quel lien financier entre la pension de retraite et les revenus de l’auto-entrepreneur ?

Il y a deux formules possibles : soit le cumul emploi-retraite, soit le cumul plafonné.

Dans le premier cas, aucun souci ! Vous continuerez à percevoir l’intégralité de votre pension, tout en ajoutant les gains de votre activité d’auto-entrepreneur. Il n’y aura pas d’ajustement de votre pension.

Dans le second cas, c’est-à-dire si vous ne remplissez pas les conditions énoncées plus haut (pas d’accès à une retraite à taux plein ou absence de liquidation de pension), vous pourrez quand même cumuler le fait de créer une micro-entreprise tout en percevant une pension.

Mais attention, des cas particuliers sont à prendre en compte ! Bien qu’il existe de nombreux régimes de retraite en France, on peut les classer dans trois grandes catégories. On distingue le régime des salariés du public, celui des salariés du privé et enfin le régime des non-salariés.

Dans le premier cas, vous avez travaillé dans une entreprise publique ou avez été fonctionnaire : le fait de monter une micro-entreprise n’entraînera aucun ajustement de votre pension de retraite.

Dans le second cas, vous avez exercé dans une entreprise du secteur privé : vous pourrez devenir auto-entrepreneur sans aucun problème. Il y a un gros avantage dans ce cas : vous n’aurez pas de limite quant à votre chiffre d’affaires ! Le niveau de la pension mensuelle ne sera pas révisé.

Le troisième cas est le plus compliqué : il faudra prendre en compte vos revenus en tant qu’auto-entrepreneur. En effet, si vous apparteniez au régime des « non-salariés » durant votre temps de travail et qu’à la retraite, vous continuez à avoir une activité non salariée, vous serez soumis à des barèmes spécifiques en fonction de votre activité.

📌 À noter
Sachez que si votre activité d’auto-entrepreneur appartient à la même catégorie d’emploi que celle que vous aviez précédemment, vous ne pourrez pas bénéficier de nouveaux trimestres de cotisation. Pensez-y !

Le régime de la micro-entreprise et les cotisations pour la retraite

Il existe deux cas possibles. Ou bien vous bénéficiez déjà d’une retraite à taux plein, ou vous n’avez qu’une pension à taux partiel.

En effet, dans la première hypothèsevous ne pouvez pas cotiser pour acquérir de nouveaux trimestres de retraite puisque la vôtre est déjà à 100 %.

De plus, dans le second cas, vous pouvez décider de continuer à cotiser. Vous pouvez à ce titre choisir la CIPAV si vous êtes à nouveau en libéral et qu’auparavant, vous aviez déjà ce statut. C’est le cas si vous étiez commerçant, artisan ou indépendant. Sinon, vous pouvez choisir de vous inscrire auprès de la sécurité sociale des indépendants. Ce sera le cas si vous optez pour une micro-entreprise artisanale ou commerciale. Dans ce cas, vous deviez obligatoirement avoir un statut de salarié avant d’être à la retraite.

📌 À noter
Bien entendu, toutes ces nouvelles cotisations vont servir à acquérir des droits à la retraite que vous percevrez quand vous arrêterez votre micro-entreprise.

Le cumul d’une pension d’invalidité avec la mise en place d’une micro-entreprise

Il n’y a pas d’interdiction à cumuler les deux.

Il faut simplement prendre en compte le fait que si votre pension d’invalidité est définitive et totale, il est interdit d’avoir, en tant qu’auto-entrepreneur, un revenu supérieur à 1,4 fois la valeur de votre pension de retraité. Si le pourcentage d’invalidité n’est pas de 100%, vos gains ne devront pas dépasser trois fois le niveau de votre pension.

Et pour les droits aux soins médicaux ?

Rien ne change. Vous serez d’abord considéré comme retraité et votre affiliation continuera dans le régime dans lequel vous êtes déjà inscrit. Pas d’inquiétude à avoir ! Si vous avez une complémentaire santé, vous cotiserez comme avant.

Comment déclarer les revenus de la micro-entreprise ?

Comme l’ensemble des micro-entreprises en France, le chiffre d’affaires doit être déclaré soit mensuellement ou tous les trois mois auprès de  l’URSSAF. Les cotisations sont dues, même si vous êtes retraité. Il est enfin à noter que celles-ci seront calculées en rapport de vos revenus.