fbpx

Devenir ingénieur du son

Indispensable au secteur de la culture, l’ingénieur du son est un technicien spécialiste de la production sonore. Il doit enregistrer et garantir la qualité du son, mais aussi effectuer les mixages de programmes sonores. À la fois artiste et technicien, il exerce ses talents au service des métiers du cinéma, de la production artistique, du théâtre ou encore des spectacles en salle. Vous y songez sérieusement ? Découvrez avec nous comment devenir ingénieur du son !

Le métier d’ingénieur du son en bref

  • Le code APE est le NAF 59.20Z, « Enregistrement sonore et édition musicale »
  • Le salaire moyen est entre 1600 € et 3000 € brut, mais peut grandement varier en fonction des prestations
  • L’ingénieur du son se déclare souvent en tant qu’auto-entrepreneur à ses débuts
  • Les horaires demandent de la flexibilité.

Le métier d’ingénieur du son est-il fait pour moi ?

Devenir ingénieur du son demande un grand nombre de compétences, car cette activité repose sur un alliage de pratiques musicales et de technologies complexes. Pour au final ne tirer que le meilleur du son !

Ingénieur du son : qu’est-ce que c’est ?

Responsable du son pour divers secteurs, il peut exercer dans la musique bien sûr, mais aussi dans le cinéma, la musique, la radio, le spectacle… Bref, tout type de productions nécessitant une bonne gestion du son. En réalité, l’appellation « ingénieur du son » n’opère pas de distinction entre les différents échelons de responsabilité. On appelle ingénieur du son tout professionnel travaillant avec la console gérant le son, ce qui peut aussi bien être le cas du technicien, mais aussi de l’assistant, de l’opérateur ou encore du chef opérateur.

Les missions de l’ingénieur du son sont très variées, et dépendent souvent du secteur. Lorsqu’il travaille dans le secteur du cinéma, son travail est d’épurer le champ sonore de toutes les nuisances qui peuvent venir perturber la clarté des échanges. Il est aussi en charge de reconstituer les bruitages et la bande originale qui ont été définis. Cette création sonore nécessite la mise en place d’une multitude de détails et d’arrangements techniques. Selon les instructions du réalisateur et les conditions de tournage, il est capable de déterminer les types de micros. En studio, il est le chef preneur de son orchestre et participe véritablement à la prise de vie de l’album de musique en retravaillant minutieusement les pistes au mixage et en remodelant leur tonalité.

Quelles sont les qualités requises ?

On l’a dit : l’ingénieur du son doit être tout aussi performant sur l’aspect technique qu’artistique et musical. Ses compétences en technologie du son sont extrêmement développées, alors que la révolution numérique a grandement modifié le monde de l’audio. Il est donc en mesure de tout faire pour créer l’ambiance qu’il faut. Ces progrès innovants ont rendu les ingénieurs du son plus polyvalents et enclins à exercer des tâches en lien avec l’image. Des connaissances générales en matière d’acoustique, de musique ou de théorie du signal sont grandement bénéfiques pour l’évolution de sa carrière. Quelles que soient ses qualifications dans le domaine musical, il doit avoir une bonne oreille, une culture artistique très développée ainsi que de solides bases en électronique et en informatique.

Quelle formation ?

En France, il n’existe pas de diplôme national officiellement rattaché à la profession d’ingénieur du son. Cependant, il semble important d’acquérir certains fondements via un enseignement pluridisciplinaire. Ces formations vont de bac +2 à bac +5 : il existe par exemple des BTS dont la formation se déroule en deux ans, sur les métiers de l’audiovisuel et du son. L’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son (ENSMIS) et l’École nationale supérieure Louis Lumière offrent en France les formations techniques les plus poussées dans ce domaine. Le recrutement sur concours est néanmoins très sélectif. L’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de Lyon constitue également un bon établissement pour suivre une formation relative à l’ingénierie du son. Un moyen efficace pour se donner un coup de pouce lors du lancement de l’activité. Outre ces écoles, des cursus universitaires niveau licence ou master professionnel existent également et vous seront d’une grande aide pour votre projet.

Démarches et formalités pour devenir ingénieur du son

Pour devenir ingénieur du son, le statut d’auto-entrepreneur dont vous aurez besoin est celui d’artisan, que l’on retrouve dans la catégorie BIC (Bénéfice Industriels et Commerciaux), elle-même située dans le domaine de la prestation de service. Ce statut permet à l’entrepreneur de lancer son activité de manière simple et rapide. Sachez que le chiffre d’affaires est limité à 33k euros par an, et que vous n’avez pas de facturation de TVA mais que celle-ci se récupère sur les achats, entraînant donc une absence de déduction de frais.

Le répertoire des métiers

Une fois votre entreprise créée, vous serez dans l’obligation de vous inscrire au répertoire des métiers, qui concerne tous les artisans. Cette inscription nécessite la réalisation d’un stage obligatoire : le Stage de Préparation à l’Installation. Ce stage a pour objectif d’informer le jeune entrepreneur aux règles de gestion, comptabilité, statut, etc. Une fois le stage réalisé, une attestation vous sera remise et vous serez définitivement inscrit.

Les cotisations sociales et impôts de l’ambulancier indépendant

Les charges s’élèvent à 24,60 % et comprennent :

  • l’assurance maladie ou maternité
  • la cotisation au titre de la retraite complémentaire obligatoire
  • la CSG/CRDS
  • les cotisations allocations familiales
  • la cotisation au régime d’invalidité et décès
  • les cotisations d’indemnités journalières
  • la cotisation retraite de base

À cela s’ajoutent les impôts avec 1.7 % en prélèvement libératoire plus les taxes pour frais de chambre consulaire et Contribution Formation Professionnelle qui représentent 0.78 % de votre CA.

Mutuelle et assurance de l’ambulancier indépendant

Durant votre première année d’activité, vous ne pourrez bénéficier d’indemnités journalières. Vous serez affilié au RSI et il vous faudra cotiser durant une année complète pour bénéficier d’indemnités en cas d’arrêt de travail. Votre couverture sociale sera bien entendu active pour les soins et autres. Il faut donc être prudent et prévoir une sécurité financière au cas où vous seriez en arrêt de travail.

N’oubliez pas que vous êtes entrepreneur c’est donc à vous de prévoir une mutuelle dans votre budget. Vous aurez également besoin d’une responsabilité civile professionnelle, et d’un compte bancaire professionnel pour faciliter la gestion de votre entreprise.

Les clés de la réussite de l’ingénieur du son

Entretenez un bon réseau

Pensez à faire parler de vous à votre entourage dans un premier temps, puis, peu à peu, votre carnet devrait commencer à s’étoffer, et si vos clients sont satisfaits, ils devraient vous recommander. C’est là le plus gros barrage pour l’ingénieur du son indépendant qui peut se retrouver avec certains mois complètement vides au début de son activité. C’est pour cela qu’il est essentiel de démarrer avec un bon réseau à qui proposer ses services ! Ne perdez pas de vue tous les contacts que vous aurez pu récolter au fil de vos expériences (professeurs en formation spécialisée, stages etc).

La visibilité sera la clé de votre réussite. Vous devez vous démarquer des autres, et quoi de mieux que d’aller distribuer votre carte à tous les potentiels clients pour les envoyer sur votre site web, sur lequel ils trouveront tous les détails de vos prestations !

Assurez un service haut de gamme

La qualité du service que vous réalisez doit être votre meilleur argument pour vous démarquer de la concurrence. Il vous faudra innover et donner le meilleur de vous pour satisfaire vos clients, et leur prouver que vous êtes le meilleur choix. En faisant preuve de patience et persévérance, vous arriverez à obtenir de nouveaux clients et à les fidéliser pour qu’ils reviennent vers vous dès qu’ils en auront besoin. Nous vous conseillons d’être très à l’écoute des artistes que vous enregistrez, d’être flexible et minutieux.

“J’ai toujours été passionné par la musique, mais je ne pensais pas que ça pouvait vraiment devenir mon métier ! J’ai signé mon premier gros contrat il y a peu pour un tournage français, c’est génial.”

Louis, 26 ans

Vous avez encore des questions ? Vous pouvez les poser dans notre groupe d’entraide Facebook. Nous sommes là pour vous répondre !

0 0 vote
Note
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Partager l'article :

DEVENIR MICRO-ENTREPRENEUR

Derniers articles :

autoentrepreneur-maroc

Devenir auto-entrepreneur au Maroc

Tenté par l’aventure à l’étranger, avez-vous pensé à devenir auto-entrepreneur … Continue Reading

Micro-entrepreneur : comment s’actualiser sur Pôle Emploi ?

Quand on est micro-entrepreneur, l’actualisation Pôle Emploi peut vite devenir … Continue Reading

Auto-entrepreneur en coworking : comment est calculée ma CFE ?

La fin d’année approchant, les questions relatives à la Cotisation … Continue Reading

Lorem dolor. tristique fringilla eget Sed