fbpx

Les questions à se poser avant de quitter son CDI

quitter_cdi


Vous avez envie de démissionner pour vous lancer dans l’auto-entreprenariat, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Ni même si c’est une bonne idée ? Pas de panique, vous êtes au bon endroit ! Nous savons que quitter son CDI peut être impressionnant : posons-nous ensemble les bonnes questions pour faire le meilleur choix.

Savoir pourquoi on souhaite quitter son CDI

Quitter son travail n’est jamais facile. Cela implique souvent de renoncer aux avantages et à la stabilité d’un CDI, et se mettre en situation de risque. Sans parler du regard des gens qui peut parfois être négatif. Après tout, on connait tous ces réactions : « mais comment ça, tu veux quitter ton job ? », ou encore « tu es vraiment sûr de vouloir quitter cette entreprise avec les avantages que tu as ? ». Ce sont des questions qui peuvent rapidement vous faire douter, surtout lorsqu’elles sont posées par des personnes proches.

Et pourtant, si vous songez sérieusement à quitter votre CDI, c’est que vous avez de bonnes raisons. L’important est de se poser les questions adéquates sans se laisser déstabiliser par le doute.

Le plus sage est de se focaliser sur votre intuition, et de résister à la peur. Avant de prendre votre décision finale, vous pouvez réaliser une liste de pour et de contre, et vous poser les questions qui vous en apprendront plus sur vous, votre situation actuelle, et ce que vous souhaitez changer pour votre situation future.

Question n°1 : le problème vient-il de mon travail ?

La première question que vous devez vous poser est tout simplement de savoir si c’est bien votre travail ainsi que les missions qui vous sont confiées qui vous posent un problème. Cette question peut également prendre différentes formes :

  • Qu’est-ce qui me donne de l’énergie à l’heure actuelle ?
  • Qu’est-ce qui, au contraire, me bloque et me démotive ?
  • Est-ce que mon travail est un frein à mon épanouissement personnel ?
  • Est-ce que j’apprécie le cadre du salariat : horaires, hiérarchie, autonomie, structure… ?

Ce sont des questions qui peuvent, parfois, paraître compliquées. Mais il est essentiel de pouvoir y répondre avec précision pour vous permettre de comprendre ce qui cloche. Cela vous permettra également d’évaluer différents points de votre quotidien : votre travail, votre santé, mais également vos relations. Parfois, le problème peut venir de là où on l’attend le moins.

Le but de cette première liste est d’identifier les vrais problèmes de fond : est-ce simplement mon emploi actuel qui ne me convient pas, ou le fait d’avoir un emploi en tant que salarié ? Est-ce que mon manque d’épanouissement vient en fait de ma vie personnelle ? Est-ce qu’il s’agit simplement de problèmes entre mon manager et moi ? Vous aurez ainsi les idées plus claires.

Évidemment, les réponses ne viendront pas d’une traite : si vous rencontrez des difficultés à lister les éléments de réponse, ne vous découragez pas. Complétez votre liste petit à petit au fil des semaines, et vous verrez que chaque jour, vous repérerez quelque chose qui vous tracasse ou retient votre attention, et qui par conséquent vous éclairera sur ces questions.

Question n°2 : qu’est-ce qui m’y déplaît tant ?

Une fois que vous avez posé votre première liste, vous savez si votre problème vient réellement de votre travail ou non.  Si c’est le cas, c’est le moment de passer à la deuxième étape, à savoir identifier les éléments précis qui vous déplaisent aussi bien dans votre travail, que sur le lieu où se déroule ce dernier. En identifiant ces points de blocage, vous serez en mesure de savoir exactement ce qui doit changer pour la suite.

Pour répondre à cette question, vous devez prendre votre environnement professionnel dans sa globalité. Votre réflexion doit porter sur divers éléments comme les horaires, votre rémunération, les missions qui vous sont confiées ou encore l’évolution qui vous est offerte :

  • Est-ce que j’aime être au contact des autres ?
  • Qu’est-ce qui me plaît ou me déplaît dans mes missions ?
  • Est-ce que j’apprécie la vie de bureau et le fait d’avoir des collègues ?
  • Ma rémunération est-elle un point essentiel ?
  • Le rythme me convient-il ?
  • Ai-je envie d’être mon propre patron ou au contraire est-ce que j’apprécie de ne pas avoir cette responsabilité ?

Question n°3 : quel projet pour la suite ?

Vous avez répondu à toutes les questions et arrivez désormais à un moment charnière : vous savez si vous définitivement envie ou non de quitter votre job. Avoir la certitude qu’on veut passer à autre chose est un bon début, mais ce n’est bien sûr pas suffisant. Vous devez maintenant vous demander ce que vous souhaitez faire par la suite : quel projet allez-vous mener en tant qu’auto-entrepreneur ? Voici les questions auxquelles vous devez répondre avant de sauter définitivement le pas :

  • Quel est exactement mon projet et comment va-t-il se mettre en œuvre ?
  • Ai-je toutes les compétences, et si ce n’est pas le cas comment puis-je me former ?
  • De quels moyens financiers ai-je besoin et sont-ils atteignables ?
  • Est-ce que je me lance solo, ou avec des partenaires ?
  • Quelle organisation mettre en place ?
  • Quelle est la concurrence et quels sont les risques ?
  • Sous quel statut devrais-je me lancer ?

Oui, ça fait beaucoup de questions ! Et les réponses ne sont pas toujours faciles à trouver. Sachez que c’est tout à fait normal : y répondre peut prendre des mois, et nécessite de réellement prendre son temps. Il s’agit ici de poser les bases fondatrices de votre projet, et d’avoir la certitude que vous êtes prêt.

💡 Le saviez-vous ?
Vous pouvez démarrer votre activité tout en restant salarié ! Même si cela peut être difficile de combiner les deux, c’est souvent une bonne solution pour se lancer tout en gardant la sécurité d’un emploi. Une fois que tout roule, vous pourrez quitter votre job pour vous consacrer pleinement à votre projet.

Faites également le point sur vos compétences. En effet, entre les études que vous avez faites et les aptitudes que vous avez pu acquérir, une longue liste devrait vous attendre. Ainsi, vous pourrez faire le point sur vous-même pour le côté professionnel. Et vous verrez en un rien de temps, que vous avez de nombreuses compétences qui vous permettent de faire de grandes choses !

Et si vous avez des doutes sur l’activité faite pour vous… Vous pouvez consulter toutes les fiches métiers qu’on a concocté pour vous aider.

Question n°4 : faut-il tout quitter dès maintenant ?

L’ultime question à se poser est à la fois simple et primordiale : tout reprendre à zéro oui, mais quand ? Car dans la vie, tout est une question de timing ! Deux écueils sont à éviter : se lancer trop vite et donc pas assez préparé, ou attendre trop longtemps et ne plus avoir l’audace de quitter son CDI.

Il arrive que le projet soit bien ficelé, mais que le contexte oblige à attendre un peu. N’oubliez pas de prendre en compte votre vie personnelle : un bébé en route, un achat immobilier, un prêt à rembourser… Beaucoup de facteurs peuvent vous encourager à prendre votre mal en patience. Pour résumer, deux possibilités s’offrent à vous :

  1. Vous avez un réel projet, concret et bien préparé, qui ne demande qu’à être déployé. Votre envie d’entreprendre est forte et votre situation personnelle est idéale pour vous lancer : allez-y ! Commencez à communiquer, à définir l’identité de votre projet, à lancer votre site, à définir votre plan d’action…
  2. Vous savez qu’il est temps de quitter votre job et d’entreprendre, mais votre projet n’est pas encore fixé. Vous pouvez vous laisser du temps au sein de votre entreprise pour chercher ce que vous aimeriez faire par-dessus tout, ou tout simplement quitter cette dernière et voir ce que l’avenir vous réserve en étant conscient de l’impact que cela aura sur votre vie et vos revenus. Renseignez-vous, formez-vous, cherchez, continuez à creuser des pistes… Ne vous découragez pas !

Votre décision est prise : que faire avec votre employeur pour quitter votre CDI ?

C’est le moment d’annoncer votre départ à votre employeur, ce qui est toujours un peu délicat. Et c’est surtout le moment d’étudier vos options. Celles-ci sont au nombre de deux : la démission ou la rupture conventionnelle.

La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est un départ à l’amiable entre l’employeur et l’employé : d’un commun accord, le contrat est rompu entre les deux parties. Cette solution est la plus convoité car elle ouvre la possibilité de toucher les allocations chômages, et donc de percevoir un revenu tout en lançant son business. La rupture conventionnelle prévoit également des indemnités de départ.

On vous le dit tout de suite : cette solution est souvent difficile à obtenir, car un grand nombre d’entreprises la refusent. De plus, le nombre de ruptures conventionnelles attribuées par l’entreprise dans l’année est contrôlé par l’inspection du travail, ce qui est représente un frein supplémentaire.

💰 Point indemnités
Qui dit rupture conventionnelle dit indemnités au montant libre, à déterminer entre votre employeur et vous-même. Il faut donc bien les négocier ! Sachez que vos indemnités de départ ne peuvent être inférieures à celles perçues en cas de licenciement.

Nous vous conseillons d’engager un dialogue apaisé avec votre employeur pour le convaincre. Montrez-lui que vous avez d’excellentes raisons de faire cette demande, que la reconversion que vous avez planifiée est capitale pour vous, et rassurez-le sur le fait que vous resterez impliqué et motivé jusqu’au dernier jour. Vous pouvez également proposer de chercher votre remplaçant pour le soulager. Si vous êtes flexible sur votre date de départ, c’est un plus : ainsi vous ne mettez pas votre employeur devant le fait accompli.

La démission

Il faut du courage pour poser une démission, surtout lorsqu’on sait que l’entreprise compte sur nous et nous apprécie !  Il s’agit là non pas d’un commun accord mais d’une décision unilatérale provenant de l’employé. La démission ne peut être remise en cause par l’employeur.

Vous pouvez poser votre démission à l’oral ou à l’écrit, et sans aucune justification si vous le souhaitez. Si vous partez pour devenir auto-entrepreneur, il est cependant préférable d’expliquer votre départ pour que celui-ci se passe au mieux : c’est une raison plus que respectable qui poussera votre employeur à comprendre et accepter la nouvelle. L’idéal est de notifier votre décision à l’écrit pour vous protéger. Dans ce cas, rédigez une lettre à partir d’un modèle et envoyez-la en recommandé avec accusé de réception.

Sachez que vous n’aurez pas le droit aux allocations chômages, et que vous devrez négocier votre préavis. Votre employeur peut vous en dispenser et donc vous libérer très rapidement, mais cela est très rare. Sinon, vous devrez respecter le préavis clairement mentionné dans votre convention collective ainsi que votre contrat.

Vous avez encore des questions ? Vous pouvez les poser dans notre groupe d’entraide Facebook. Nous sommes là pour vous répondre !







9 bonnes pratiques à adopter pour votre relation client

9 bonnes pratiques à adopter pour votre relation client

Connaître les bonnes pratiques de la relation client est essentiel pour fidéliser votre clientèle. Car en plus de compétences, c’est...

Quelles options de financement pour votre micro-entreprise ?

Quelles options de financement pour votre micro-entreprise ?

Vous pensez à vous lancer ou venez de le faire, et cherchez des options de financement pour votre micro-entreprise ?...

Création de votre site internet auto-entrepreneur : comment faire ?

Création de votre site internet auto-entrepreneur : comment faire ?

À l’heure du digital, se lancer dans la création d'un site internet quand on est auto-entrepreneur est bien souvent un...

Les meilleures formations auto-entrepreneurs disponibles en ligne

Les meilleures formations auto-entrepreneurs disponibles en ligne

Les formations auto-entrepreneurs en ligne sont une incroyable source de richesse. Car comme tous les professionnels, l'auto-entrepreneur devrait se former...

Qui peut devenir micro-entrepreneur ?

Qui peut devenir micro-entrepreneur ?

La réponse à cette question est relativement simple : tout le monde peut devenir auto-entrepreneur. Et c’est d’ailleurs l’essence même de ce...

Le tutoriel de l’inscription auto-entrepreneur gratuit

Le tutoriel de l’inscription auto-entrepreneur gratuit

Avant tout, il est important de rappeler que, bien que les conditions soient rendues plus accessibles et les démarches plus...

Quelles démarches après avoir reçu son SIRET ?

Quelles démarches après avoir reçu son SIRET ?

L’INSEE vient de vous envoyer votre numéro SIRET ? Félicitations, votre micro-entreprise est désormais immatriculée au répertoire SIRENE ! Mais un certain...